Une sorte de lumière spéciale

31 octobre 2020

Critique par Keven Girard

La langue de Veilleux est acide et nous oblige à nous regarder dans le miroir, à une époque où, paradoxalement, on s’y regarde peut-être un peu trop. D’une grande lucidité, la poète braque sur nous une lumière aveuglante, parfois dérangeante, qui nous heurte et nous fragilise pour mieux nous réconcilier avec nous-même, notre société et les autres. Une expérience angoissante parfaitement satisfaisante.

Laissez un commentaire sur cette critique

Autres critiques littéraires
Match

Lili Boisvert

Cam

Steve Laflamme

Numéro deux

David Foenkinos

Novice

Stéphane Dompierre

Touchée

Manon Vincent