L’accoucheuse de Scots Bay

19 février 2021

Critique par Micheline Poulin

L’action de L’accoucheuse de Scots Bay débute en pleine Guerre mondiale dans le village côtier de Scots Bay, en Nouvelle-Écosse. M’ame B., sage-femme et guérisseuse, prend comme apprentie la jeune Dora Rare. Elle connaît ses qualités et son empathie et, quand elle ne sera plus, c’est elle qui prendra sa place… Elle le sait comme elle sait tout. Au rythme des jours, elle lui transmet son savoir ancestral sur les plantes et leurs utilisations, sur les accouchements et sur les soins à apporter aux gestantes, comme aux autres habitants du village. Un médecin ouvre une clinique d’obstétrique dans la région et compte y instaurer une médecine moderne.

Après son mariage, Dora devra défendre ses convictions et continuer à aider les femmes et les enfants et ceux qui demandent assistance. Elle soutient que les femmes ont le droit de choisir leur façon d’accoucher. Les femmes ont le droit de parler. Les femmes sont égales aux hommes. N’obéissant pas à son mari, elle décide de mener ses combats, surtout en ce qui a trait aux grossesses et accouchements difficiles, problèmes de fertilité, insatisfaction sexuelle. Sa conduite déplaira et changera sa vie…

Un roman féministe passionnant sur les nombreuses luttes des femmes pour protéger leurs acquis et étendre leurs droits, dont celui de disposer de leur corps.

Un voyage dans le temps au début du siècle dernier avec les activités quotidiennes des cultivateurs et bûcherons, et celles de leurs femmes, qui filaient la laine, cuisinaient, reprisaient, faisaient du troc pour s’en sortir. Les rires, les chants sur des airs joués au violon dans les fêtes malgré les temps durs. En toile de fond, les grands événements: les mouvements de tempérance, la guerre, avec ses morts dans chaque famille, la grippe espagnole, l’explosion dans le port d’Halifax…

Le personnage de Dora est crédible, nuancé et attachant. M’ame B. est délicieuse et représente mon coup de coeur.

Belle plume rythmée et colorée. Excellente traduction.

563 pages de pur bonheur.

Note parfaite de 20/20!

Quatrième de couverture:
Immense succès en version originale anglaise (250 000 exemplaires vendus), L’accoucheuse de Scots Bay retrace la vie mouvementée de Dora Rare, une jeune fille née dans un village isolé de Nouvelle-Écosse au début du siècle dernier. S’écartant de la voie tracée pour elle par sa famille, elle décide de suivre les pas d’une mystérieuse sage-femme d’origine cadienne, M’ame B., et d’exercer ses dons de guérisseuse. Ensemble, elles viennent en aide aux femmes aux prises avec des problèmes d’infertilité, des accouchements difficiles, des grossesses non désirées ou même des vies sexuelles insatisfaisantes. Mais leur engagement à utiliser les savoirs transmis depuis des générations par les sages-femmes ne plaît pas à tout le monde – aux médecins, surtout, qui y voient un obstacle à leur pratique – et va leur causer de graves ennuis. L’accoucheuse de Scots Bay ouvre une fenêtre fascinante sur les réalités de la vie en milieu rural au Canada atlantique au début du siècle dernier et laisse entrevoir les luttes qu’ont dû mener les femmes pour protéger leurs droits et, en premier lieu, celui de disposer de leur corps.

Laissez un commentaire sur cette critique

Autres critiques littéraires
Match

Lili Boisvert

Cam

Steve Laflamme

Numéro deux

David Foenkinos

Novice

Stéphane Dompierre

Touchée

Manon Vincent