Pas même le bruit du fleuve

16 janvier 2021

Critique par Isabelle Blier

Il était temps que je m’offre en cadeau les mots d’Hélène Dorion. Une plume douce et poétique que j’ai vraiment appréciée.

Dans ce roman, Hanna tente de trouver le fil qui rattachera son histoire à celle de sa mère décédée depuis peu. Cette dernière a laissé des carnets, coupures de journaux et photos qui dévoilent quelques indices. Hanna se rend jusqu’à Kamouraska où se révèlent des pans de sa vie qu’elle ignorait complètement. Elle découvre également les secrets du fleuve qui expliquent les non-dits. En retrouvant le fil, Hanna fait la paix avec le passé et comprend que même si le malheur traverse les générations, c’est de l’art que jaillit la lumière.

Des poèmes, semés ici et là, ajoutant à la douceur du texte. Des personnages vibrants qui se dévoilent doucement avec émotion.

J’ai adoré!

Laissez un commentaire sur cette critique

Autres critiques littéraires
Match

Lili Boisvert

Cam

Steve Laflamme

Numéro deux

David Foenkinos

Novice

Stéphane Dompierre

Touchée

Manon Vincent