Nin auass, Moi l’enfant

20 juillet 2021

Critique par Corinne Boutterin

Ce magnifique ouvrage à l’initiative de l’Institut Tshakapesh est un livre à s’offrir!

Les poèmes qu’ont écrits de jeunes innus de plusieurs communautés, accompagnés par Joséphine Bacon et Laure Morali, sont d’une grande qualité et nous ouvrent la porte sur leurs horizons extérieurs, mais aussi intérieurs, en nous offrant de belles observations sur la vie et en nous promenant tant le long de leurs rivières qu’au coeur de leur environnement, de leurs peurs, de leurs désirs, de leurs rêves et de leurs attentes. C’est frais, vivant, authentique et profondément émouvant.

Une belle mise en page et des illustrations tout en douceur de Lydia Mestokosho-Paradis rendent encore plus agréable la lecture de ce recueil, dans lequel les poèmes sont présentés en français et en innu-aimun, certains mêlant les deux langues avec aisance, la compréhension n’étant pas dérangée – au contraire! – par cet apport de musicalité et de rythme.

J’ai eu un gros coup de coeur pour ce livre à déguster sans modération, à tout âge et en toute saison!

Laissez un commentaire sur cette critique

Autres critiques littéraires
Match

Lili Boisvert

Cam

Steve Laflamme

Numéro deux

David Foenkinos

Novice

Stéphane Dompierre

Touchée

Manon Vincent