Les platanes d’Istanbul

29 mars 2021

Critique par Amélie Jetté

Les dessins, la mise en page, la police d’écriture, l’embossage, les couleurs et les insertions font d’abord de ce livre un magnifique objet.

Quelque part entre le journal personnel et la chronique d’exil, l’auteure y raconte son nouveau quotidien d’expatriée dans la gigantesque métropole turque, hors des sentiers empruntés.

Un livre doux et enveloppant sur les racines, l’amitié et les relations avec les absents, les amis, la famille, les étrangers, les voisins, les marchands, les visiteurs.

Un livre sur la solitude dans une ville inconnue, puis sur la naissance d’amitiés féminines et le parcours entre les classes, les origines, les quartiers et le contexte sociopolitique.

Un hommage aux femmes rencontrées, dans une langue teintée de poésie et de sensibilité.

Un gros coup de coeur pour l’entièreté de cette oeuvre, fond et forme – jusqu’aux notes en bas de page qui sont justes et ajoutent.

Laissez un commentaire sur cette critique

Autres critiques littéraires
Match

Lili Boisvert

Cam

Steve Laflamme

Numéro deux

David Foenkinos

Novice

Stéphane Dompierre

Touchée

Manon Vincent