Les été souterrains

22 mai 2021

Critique par Amélie Jetté

Monologue théâtral écrit par Steve Gagnon, dramaturge d’exception, pour Guylaine Tremblay, après qu’elle ait mentionné en entrevue n’avoir encore jamais eu la chance de jouer en solo au théâtre.

Une enseignante de littérature libre, assumée, intellectuelle, indélicate, «impudique du corps mais pudique du coeur» savoure ses étés avec des amis dans une maison de Provence, l’un des deux temps de sa vie où la pièce nous mène à sa rencontre. Un texte d’une grande beauté, lucide, évocateur, poignant, émouvant, poétique, bouleversant, vibrant, où cette femme parle d’amitié, de solitude, de souvenir, d’amour, de rapport mère-fille, de conviction, de mémoire, de maladie. Et de parole, de fondamentale parole.

J’ai eu cet élan spontané qui m’est rare d’annoter, de souligner, de faire des allers-retours, de surligner, de dessiner, de corner des pages: je voulais tout garder de ces mots.

Laissez un commentaire sur cette critique

Autres critiques littéraires
Match

Lili Boisvert

Cam

Steve Laflamme

Numéro deux

David Foenkinos

Novice

Stéphane Dompierre

Touchée

Manon Vincent